mardi 13 août 2013

Le petit tracteur orange

Un freinage trop brusque, sur une route perdue dans la campagne. Un cri de la mère, qui se demande encore quelle mouche a bien pu piquer un de ces deux-là.
Un panneau "A vendre"…

Pas sur une maison, non, juste un peu plus loin, au bord du chemin, fixée à un petit tracteur orange…
Il fait le tour de la machine, examine attentivement l’annonce succincte. Ce n’est pas tout à fait ce qu’il cherche, mais c’est une bonne base, y’a des possibilités, oui, mais il faudrait bricoler…On pourrait utiliser les accessoires, une fraise, une faucheuse, une ramasseuse d’herbes.

La promenade continue, mais arrivé à la maison, c’est sur internet qu’il navigue et regarde les caractéristiques de la machine. On a beau ne pas sortir beaucoup de chez soi, on sait que le monde existe ! Le frère arrive au conseil, le voisin, les copains d’usine. Ca téléphone, ça discute. Ca compare, ça évalue.

Rendez-vous est pris avec le vendeur. On discute une nouvelle fois. Pour le principe. Parce que dès le premier coup de frein, l’autre jour, là, au bord de la route, la décision était prise.

Et c’est comme ça que bêtement, deux semaines plus tard, le petit tracteur orange faisait son entrée au village…

Depuis des années, en fait depuis qu’elle a été en âge de comprendre, il lui a répété en passant devant un marchand, sur le chemin de Spa :
 - Le jour où je prends ma pension, je m’achète un petit tracteur comme cela !

La pension est venue - enfin, la prépension -, et la prime de départ de l’usine a payé le petit tracteur orange.

Alors, pour son nouveau jouet, il a aménagé un abri, et puis démonté à peu près toute la machine. Il a découpé, avec son frère, les accessoires, les petites pièces, ajouté un vérin, meulé les fraises, ressoudé des lames, remonté les guides, trafiqué les cadres, changé les pneus. Alors il a eu sa tondeuse, sa fraise, sa charrue. Un tracteur comme il le voulait.

Alors quand l’autre arrive, avec ses airs de pas d’air, ses cajoleries de garce sûre d'arriver à ses fins et son grand sourire, quand elle lui  dit (mais a-t-elle seulement besoin de le lui dire?) : 

- Papaaaaaaaaaaaaa ... 

Quand elle demande si par hasard il pourrait … ou ... ou encore..., il a toujours la même réponse :

- Y’aurait bien moyen de faire une pièce…

Et il repart souder…



3 commentaires:

  1. Un papa comme ça, tu le prêtes de temps en temps ?

    RépondreSupprimer
  2. Hélas non, il est utilisé à temps plein ici :-)

    RépondreSupprimer
  3. Tu as un vrai don pour conter des histoires :)

    RépondreSupprimer